pololasi

Un jour je saurais faire mes lacets... ou pas.

Je profite de ce petit bout de web pour caser l'inventaire des rues de paris à escaliers, parce que c'est important les rues à escaliers.

Paris en marches. Les escaliers des rues de Paris.

Ce document dresse un inventaire systématique des escaliers des rues de Paris et propose une classification selon leur configuration. Il peut être un guide pour la promenade dans des sites pittoresques. Mais il apporte également un ensemble de références pour la conception d’escaliers, là où de nouvelles voies publiques sont prévues sur des espaces en pente.

le pdf est ici

Et une image d'escaliers que j'aime beaucoup ceux de la rue Stendhal dans le 20ème arrondissement. J'ai pris la photo dans l'autre sens.

Les escaliers de la rue Stendhal

Je n'aime plus vivre vite. Je suis devenu trop fragile. Je marche comme je nage, lentement en me laissant porter par l'air, en flottant. Mes pas ne heurtent plus, la distraction me fait glisser mais rarement tomber.

J'aime m'égarer. Je sais presque où je vais et je sais presque pourquoi, je suis presque sûr de savoir comment : à contretemps, en rythme flou.

Et surtout je m'arrête. Pour regarder l'eau couler, l'herbe pousser, les nuages passer. Pour écouter le vent et les voix. Pour sourire et m'étirer. Pour vivre paresseusement. J'écoute et parle de plus en plus, à de moins en moins de gens. Je choisis.

Je me promène en dilettante, en congés de la vitesse, dès que je peux. J'oscille entre lenteur et impulsions, en lignes courbes.

J'ai le temps. Je me promène.