Journal infime

Petits écrits vains

25 avril 2021

On y trouve de vieilles clés qui n’ouvrent plus aucune porte, des timbres du bout du monde, un hippocampe desséché, des ombrelles à cocktail multicolores, un mini couteau Suisse souvenir de Villedieu les Poëles avec tous ses petits accessoires, des couverts en argent noircis et dépareillés, des regrets éternels…

23 avril 2015

Je suis une parenthèse Je suis un extra-time Je n'ai de réalité que dans un temps donné volé à une autre Le reste du temps ? J'attends...

29 octobre 2015

Enfant sauvage, Accroupie dans le noir, Dans ma chevelure d’algues liquides J’attends patiemment la déferlante.

13 juin 2004

Je te regarde, stupéfaite .Je n’arrive pas bien à réaliser encore ce que tu m’as dit. Mais j’ai vu rouge et tes joues sont désormais ornées de deux belles marques écarlates en forme de mains…

8 décembre 2014

Dessiner des bribes d’intimité Petit jeu malicieux d’un lent déshabillage Vagabondage sur le fil du désir Suggérer en douceur plutôt que provoquer brutalement....

27 avril 2022

L’espace d’un instant la vie nous a semblé infiniment plus légère quand nous avons observé le petit papillon blanc qui voltigeait gaiement au milieu des bouquets de fleurs disposés sur la pierre tombale.

28 juin 2015

Cette nuit d’été, Cette nuit où tu t’es faufilé par la fenêtre ouverte, Cette nuit où tu t’es glissé sans un bruit dans mon lit, Cette nuit où tu as chuchoté de tendres indécences au creux de mon oreille, Cette nuit où j’ai senti tes mains puis tes lèvres là, juste là, Cette nuit brûlante et lascive, Cette nuit où j’ai crié, Cette nuit où je me suis réveillée, perdue dans la houle des draps moites et chiffonnés, Cette nuit où tu n’étais pas là, Cette nuit...

2 mars 2016

Bien cachée dans mon armoire, il y a ta chemise. Elle a perdu depuis longtemps la forme de ton corps. Mais sa caresse est un voyage au fil de nos étreintes. Je ferme les yeux, je me laisse doucement pénétrer par le souvenir de ton parfum. Tu es là...

15 décembre 2014

Sur mes lèvres il y a un goût de sorbet corail : Le sucre et l’amertume légère du poivron rouge, L’acidité de l’orange sanguine Et une pointe de piment d’Espelette.

Fraicheur et brûlure d’un plaisir qui fond dans la bouche…

30 décembre 2016

L’angoisse de la page blanche ou l’inspiration aussi fragile et volatile qu’un papillon : un geste trop brusque ne vous laisse qu’un doigt poisseux de poussière et le souvenir d’un désir mordoré…